ÉDITORIAL 15 – Méribel, première de cordée en A.L.P.E.S.


Décriées, voire menacées de toutes parts, nos aviations, grandes ou légères, se doivent impérativement, pour survivre et se développer de faire preuve non seulement d’intelligence raisonnable de la situation, et de pratiques responsables, mais surtout et d’abord d’inventivité porteuse et créatrice dans tous les domaines.

C’est ce qui se passe avec la création du mouvement A.L.P.E.S., pour une Aviation Légère Propre Et Silencieuse, auquel la commune des Allues vient de donner un coup d’envoi décisif. En 2038, Méribel Cœur des Trois Vallées fêtera en effet ses cent ans. La station chère aux aviateurs depuis toujours (Air Alpes, Auxiair, Ziegler, Chappel, Merloz) met d’ores et déjà en œuvre, sans attendre d’autres engagements, régionaux, nationaux ou internationaux, un vrai programme (pas un plan de plus… ni de la simple com !) ambitieux et pragmatique de décarbonation quasi-totale de l’ensemble de ses activités d’hiver et d’été, sol et vols. Les premiers effets en seront connus et dévoilés lors des Championnats du monde de ski alpin au printemps 2023. Cette initiative place désormais Méribel en tête des cordées alpines concrètement engagées dans la course au sommet environnemental qui s’impose à elles pour l’avenir.

Une Aviation Légère Propre Et Silencieuse en constitue heureusement l’un des volets essentiels. Avec un calendrier coïncidant justement avec la mise en vol du premier Jodel Mousquetaire D 140 G Gypaète. Le roi aéronautique incontesté de nos montagnes fait en effet l’objet d’études avancées, de travaux d’ingénierie poussés, de préparation d’une cellule aménagée, d’essais de moteur hybride sur une base Peugeot récente et éprouvée sous l’égide des avions Mauboussin, de glorieuse histoire et d’avenir prometteur en appareils électriques et à hydrogène.

La journée du 5 août 2021 marquera la date du décollage ʺin vitroʺ du Gypaète, avec l’annonce, communiquée par un courrier officiel à David Gallezot, polytechnicien initiateur du projet, du soutien officiel du Maire de Méribel à cette rétro-innovation remarquable que constitue l’alliance d’un appareil ancien remis à neuf et d’une motorisation « écologique » à souhait. 2023 en verra le décollage ʺin vivoʺ, lors des Championnats du monde de ski alpin et/ou au Bourget retrouvé !

De quoi rendre, particulièrement en ces moments de restrictions renforcées, de complications administratives ajoutées et d’interdictions multipliées de vols et de survols, le sourire et surtout l’espoir aux aviateurs-montagnards conscients que si le salut vient toujours d’en-haut, dans les difficultés de l’air du temps ou de la météo en VFR, leur avenir sera en A.L.P.E.S., Léger, Propre Et Silencieux ou il ne sera pas !

Longue et heureuse vie au Gypaète et à Méribel-A.L.P.E.S…

Gérard David

Previous 8 septembre 1910 : Jorge CHAVEZ bat un record d'altitude
Next 16 septembre 1944 : Un groupe de FFI découvre la carcasse d'un avion allemand près du col des Rousses

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code