L’Himalaya, route mortelle pour les aviateurs américains pendant la seconde guerre mondiale


Dans le cadre de la Guerre du Pacifique, l’Armée américaine décide de ravitailler les forces armées du gouvernement nationaliste chinois en établissant un pont aérien enjambant la plus haute chaîne de montagnes : l’Himalya. Pour faire écho à notre article mis en ligne le samedi 3 décembre 2022 (‘1942-1945 – Histoire du pont aérien entre la Birmanie et la Chine’), nous proposons à nos lecteurs de lire l’article de la BBC repéré par Alix Champlon et publié sur le site Internet SLATE le dimanche 10 décembre 2023, à 13h15…

L’ARTICLE REPUBLIÉ SUR SLATE

« 600 avions se sont écrasés dans cette région reculée.

Depuis 2009, des équipes indiennes et américaines parcourent les montagnes de l’État d’Arunachal Pradesh, dans le nord-est de l’Inde. L’objet de leurs expéditions périlleuses ? Retrouver les épaves d’avions et les restes des équipages qui se sont écrasés dans la région himalayenne au cours de la Seconde Guerre mondiale. Après une quinzaine d’années de recherches, un musée abrite enfin leurs trouvailles et offre aux équipages un lieu de mémoire, explique la BBC.

En 42 mois, 600 avions de transport américains et au moins 1 500 aviateurs et passagers se seraient écrasés dans la région. Ces traversées dangereuses étaient au cœur d’une opération militaire décisive et pourtant souvent oubliée de la Seconde Guerre mondiale en Inde.

Une opération périlleuse qui a renforcé la victoire des Alliés

Le corridor aérien survolant la chaîne himalayenne est devenu un enjeu stratégique lorsque les forces de l’Axe (Allemagne, Italie, Japon) et notamment les troupes japonaises, ont atteint la partie nord-est de l’Inde, alors sous domination britannique. La voie terrestre vers la Chine par la Birmanie étant coupée, le soutien militaire et matériel aux forces chinoises, ralliées aux Alliés, devait être acheminé par les airs. Lancée en 1942, l’opération militaire américaine a permis de transporter 650 000 tonnes de matériel : une réussite qui a considérablement renforcé la victoire des Alliés.

Les pilotes surnommaient pourtant cet itinéraire The Hump’ (‘La Bosse’), en référence aux hauteurs traîtresses de l’Himalaya oriental qu’ils devaient franchir. Car entre la jungle basse et vaporeuse de l’Inde, où ils décollaient, et les plateaux en altitude de la Chine occidentale, les conditions météorologiques pouvaient changer, « de minute en minute, de kilomètre en kilomètre », se rappelle un vétéran. Or, les avions de transport lourdement chargés, et encore dotés d’instrument de navigation rudimentaire, pris dans un courant descendant, pouvaient chuter rapidement, puis remonter à la même vitesse.

Parmi les victimes de ces sommets capricieux, on trouve des pilotes, des opérateurs radio, mais également des soldats américains et chinois. Pour les retrouver, alpinistes, étudiants, médecins, archéologues légistes et experts en sauvetage ont traversé des jungles tropicales et escaladé des sommets. Avec l’aide de tribus locales, leurs expéditions ont permis d’atteindre plusieurs sites de crash, de localiser au moins vingt avions et les dépouilles de leurs aviateurs.

Présent lors de l’inauguration du musée le 29 novembre 2023, l’ambassadeur des États-Unis en Inde, Eric Garcetti, a déclaré qu’il ne s’agissait « pas seulement d’un cadeau pour l’Arunachal Pradesh ou les familles touchées, mais d’un cadeau pour l’Inde et le monde entier ». « Il s’agit également d’une reconnaissance pour tous les habitants de l’Arunachal Pradesh, qui ont fait et font toujours partie intégrante de cette mission de respect et de mémoire » , a ajouté Oken Tayeng, le directeur du musée. »

 

SOURCES

  • L’Himalaya, route mortelle pour les aviateurs américains pendant la Seconde Guerre mondiale

https://www.slate.fr/story/257560/himalaya-route-mortelle-aviateurs-americains-seconde-guerre-mondiale-chinois-musee

Previous 29 septembre 1912 - L'américain Franck Edward Boland effectue le premier survol de Caracas (Venezuela)
Next 10 décembre 2015 - Décès de Robert Chauchon, le 'défricheur de pistes'

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *