NOTES RÉCENTES / LAST POSTS

Né en Italie le mardi 6 mars 1894, Elia Liut Giusti passe une partie de sa jeunesse en Argentine, avec son père et l’un de ses frères. De retour dans son pays d’origine, il s’engage dans l’aviation militaire pour prendre part au premier conflit mondial. En 1916, il devient effectivement pilote de guerre à l’École …

Il y a 70 ans, le vendredi 3 novembre 1950, le Lokheed L-749A Constellation‘Malabar Princess’ (Vol 245 de la compagnie Air India) immatriculé VT-CQP assurant la liaison Bombay/Londres via Le-Caire et Genève, est pris dans la tempête et s’écrase sur les pentes du mont Blanc, à plus de 4 600 mètres d’altitude. Pilote de montagne (PDM) …

Il y a onze ans, le 23 octobre 2009, disparaissait Robert Merloz, le ‘Mozart du pilotage’, comme aimait à l’appeler, il n’y a pas si longtemps encore, le journaliste Bernard Chabbert. Avec lui, l’aviation de montagne perdait non seulement un pionnier, mais aussi une référence tant au plan pédagogique qu’au plan humain. JEUNESSE Robert Merloz …

La première quinzaine d’octobre 1951 est riche en événements aéronautiques sur les pentes du mont Blanc [1]. Le vendredi 5 octobre, Georges-André Zehr, aux commandes du Piper Cub immatriculé HB-OIS, tente d’atterrir (sur roues…) au col du Dôme et capote (voir notre article du 5 octobre 2020). Il en sort miraculeusement indemne, tout comme son …

Spécialiste des films de montagne et en conditions polaires, le cinéaste Arnold Fanck s’adjoint les services de l’As allemand de la Première Guerre mondiale Ernst Udet pour réaliser les premières scènes dramatiques de l’aviation de montagne. LE FILM Ainsi, commencé au printemps de l’année 1929, L’Enfer blanc du Piz Palü (Die weiße Hölle vom Piz …

4 OCTOBRE 1951 – Un Piper-cub capote à l’atterrissage Le jeudi 4 octobre 1951, la vallée de Chamonix est en émoi. La rumeur est maintenant confirmée par le Dauphiné Libéré : « Un avion tentera de se poser sur le mont Blanc le lendemain. Quatre guides suisses et deux guides chamoniards sont d’ailleurs déjà partis vers …

FORMATION / TRAINING

HISTOIRE / HISTORY

Dans sa méconnaissance de l’histoire de l’aéronautique, le grand public date l’emploi des hélicoptères à vocation militaire au pire de la guerre du Vietnam (voir le film Apocalypse Now[1]), au mieux de la guerre de Corée (M.A.S.H.[2]). Dans les faits, peu de personnes savent que l’histoire des hélicoptères a commencé avant la Seconde Guerre mondiale …

Comme on l’a vu récemment, l’Équateur a été le théâtre de la première traversée des Andes par le pilote italien Elia Liut le jeudi 4 novembre 1920. Aujourd’hui, grâce au site PULSO GUAYACO, Pilote de montagne (PDM) est en mesure de relater l’histoire du premier vol habité dans ce pays, il y a maintenant 178 …

Il y 77 ans, un bombardier Vickers Wellington s’écrasait sur les pentes du Monte Voghel, dans les Alpes italiennes, au nord-ouest de Milan. Les sources traitant de ce crash étant particulièrement rares, Pilote de montagne (PDM) traduit, de l’Italien vers le Français, un texte publié le 6 août 2012, par un auteur non identifié à …

Le mercredi 19 novembre 1946, pris dans la tourmente, un avion de transport du European Air Transport Service [1] (EATS) effectuant une liaison entre Vienne, en Autriche, et Pise, en Italie, entreprend un atterrissage d’urgence sur le glacier du Gauli, dans les Alpes bernoises (Suisse). Dès l’annonce de l’accident, les autorités américaines sont en émoi. …

MENU

Back

30 juillet 1921 : François Durafour se pose sur le dôme du Gouter (4 304 m)

Le vendredi 30 juillet, nous célèbrerons le Centenaire d’un exploit extraordinaire : l’atterrissage d’un avion, sans skis, sur la neige verglacée du dôme du Goûter, à 4 304 m d’altitude, sur les pentes du mont Blanc. Une bonne occasion de réconcilier la montagne et l’aviation…

En ce samedi 30 juillet 1921, dès 5 h, François Durafour est présent sur l’aérodrome de La Blécherette (Lausanne) que dirige son mécano, Édouard Péthoud. La matinée s’annonçant calme et ensoleillée, Durafour, aux commandes de son Caudron G.3 (l’avion avec lequel Adrienne Bolland a traversé les Andes presque quatre mois plus tôt), décolle à 6 h 10 et prend la direction de Thonon-les-Bains. Là, il oblique légèrement pour prend de l’altitude. En quinze minutes, l’avion est à 3 000 mètres d’altitude, puis, à 6 h 38, l’altimètre indique 5 300 m.

Henri Durafour s’approche du mont Blanc et, après avoir lutté contre les rabattants, se pose sans heurts sur le dôme du Goûter (4 304 m), « au milieu d’un champ de neige, sans plus de secousse que sur un aérodrome, et ceci sans patins ni crampons ! »

En avance sur son programme, François Durafour est rejoint par un groupe d’amis censés venir préparer le terrain. Après avoir repositionné l’avion pour permettre le décollage et après avoir pris les photographies immortalisant l’événement, l’aviateur, qui n’a droit qu’à un seul essai, s’élance vers la vallée à 7 h 55, où il est reçu en héros à 9 h 10.

L’exploit de François Durafour marque le véritable début de l’aviation en montagne mais il faudra encore attendre une trentaine d’années pour que les avions puissent évoluer sur les aires enneigées, sauvages et en pente, en toute sécurité.

Le rappel de cet exploit constitue également un appel à commémoration pour tous les amoureux de la montagne, de l’aviation en général et de l’aviation de montagne en particulier.

Bernard Amrhein

RUBRIQUES