12 décembre 2019 – Disparition de Jakob ‘Köbi’ Seeholzer, pilote des glaciers et entrepreneur aérien


Depuis sa création, le mercredi 8 septembre 2020, Pilote de montagne (PDM) s’intéresse de près à l’Aviation et aux aviateurs de montagne au plan mondial et depuis la création de l’aéronautique. Aujourd’hui, à travers un article signé Heinz Wyss, nous saluons un pilote des glaciers suisses totalisant 17 000 heures de vol en montagne, une véritable référence du vol en montagne…

« Le 12 décembre 2019, le ciel accueille le légendaire et célèbre pilote de glaciers suisse, Jakob (Köbi) Seeholzer. Par un magnifique temps aéronautique, il décède soudainement d’une crise cardiaque à l’âge de 72 ans.

Köbi Seeholzer se découvre très tôt un grand amour pour les montagnes et l’aviation. À l’âge de 17 ans, il devient membre du club d’aéromodélisme de Lucerne et du Club alpin suisse (CAS). À l’âge de 20 ans, il réalise son rêve de voler et suit une formation de vol à voile au club de Buochs (Canton de Nidwald/Suisse). Par la suite, il se forme à Beromünster en tant que pilote privé et acquiert, très rapidement, à Sion et des mains d’Aline Robard, l’extension de son brevet de pilote pour les atterrissages sur glaciers. Une passion qui ne l’a pas lâché avant sa disparition inattendue.

À l’âge de 40 ans, il réalise son grand rêve. Il fonde la ‘Seeholzer-Air’ et propose, 18 ans durant, des vols pendulaires au sein des Alpes suisses, dont 10 ans en compagnie de sa fille Diana. Souvent, Köbi et Diana, avec leurs deux Cessna A185F ‘Skywagon’ immatriculés HB-CWZ et HB-CQB, et de passagers enthousiastes, se croisent sur les glaciers. C’est l’épouse de Kobi, Antoinette, qui gère la prospère entreprise familiale.

Köbi Seeholzer transmet volontiers sa riche expérience en tant qu’instructeur de pilotage sur glaciers. D’innombrables pilotes de glaciers se sont adressés à lui pour lui demander conseil et s’enquérir des conditions régnant sur les glaciers suisses. J’ai été impressionné par son calme, sa vue d’ensemble, ses connaissances en montagne et son expérience en vol d’environ 17 000 heures de vol. Il savait toujours où et quand atterrir, il effectuait ses atterrissages en douceur, avec des ailes douces et avec habileté. Il connaissait chaque zone de poser en montagne de Suisse, ainsi que ses avantages et ses inconvénients.

À la fois passionné de montagne et pilote, Köbi savourait le magnifique panorama montagneux et alpin ainsi que le calme des glaciers. Son attitude envers la vie était marquée par la satisfaction, l’harmonie et la simplicité. C’était une personne généreuse, positive et motivante. L’amour de sa famille, de la nature, des montagnes et de l’aviation, a marqué sa vie. Sa femme Antoinette, ses filles Aline, Diana et ses petits-enfants étaient importants pour lui. Une semaine avant sa mort, il a pris le Piper Super Cub HB-PKI à Beromünster, avec son petit-fils Ignaz sur la banquette arrière.

ʺLe monde est encore plus beau vu d’en haut, je l’ai appris, je peux le comprendreʺ, a dit Köbi Seeholzer. Il voit le monde pour toujours, son esprit vit dans nos cœurs. »

Heinz Wyss en douceur, avec des ailes douces et avec habileté. Il connaissait chaque zone de poser en montagne de Suisse, ainsi que ses avantages et ses inconvénients.

À la fois passionné de montagne et pilote, Köbi savourait le magnifique panorama montagneux et alpin ainsi que le calme des glaciers. Son attitude envers la vie était marquée par la satisfaction, l’harmonie et la simplicité. C’était une personne généreuse, positive et motivante. L’amour de sa famille, de la nature, des montagnes et de l’aviation, a marqué sa vie. Sa femme Antoinette, ses filles Aline, Diana et ses petits-enfants étaient importants pour lui. Une semaine avant sa mort, il a pris le Piper Super Cub HB-PKI à Beromünster, avec son petit-fils Ignaz sur la banquette arrière.

ʺLe monde est encore plus beau vu d’en haut, je l’ai appris, je peux le comprendreʺ, a dit Köbi Seeholzer. Il voit le monde pour toujours, son esprit vit dans nos cœurs. »

Heinz Wyss


SOURCE

Previous 12 décembre 1964 - Alejo Williamson Dávila traverse la cordillère des Andes... en planeur
Next 16 décembre 1953 - Jean Dabos bat le record d'altitude en hélicoptère

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *