NOTES RÉCENTES / LAST POSTS

Le vendredi 26 août 1966, une étoile de l’Aviation de Montagne, avec un grand « A » et un grand « M », s’éteint, victime d’un stupide accrochage avec un planeur au décollage de l’aérodrome de Sion (Canton du Valais/Suisse). Aujourd’hui encore, Hermann Geiger est reconnu comme le véritable théoricien du décollage et de l’atterrissage en haute montagne enneigée, …

Les avions Pilatus ont marqué une étape important de l’évolution de l’aviation de montagne. Aujourd’hui, Pilote de montagne (PDM) s’intéresse au prototype de l’appareil développée à la fin des années 1950, le ‘Yéti, qui s’écrase dans le plus haut massif montagneux de la planète : l’Himalaya… BRÈVE HISTOIRE DU PILATUS PC-6 La marque Pilatus est bien …

Dans le climat régnant actuellement sur nos belles montagnes, le titre de l’éditorial de ce dimanche est volontairement provocateur. En effet, dans la même logique qui nous a conduit à rappeler à nos lecteurs que 2021 marquait le Centenaire de la traversée de la Cordillère par Adrienne Bolland, ‘la Déesse des Andes’, nous lançons un …

Quelques années après les débuts de l’aviation, quelques entrepreneurs misant sur le développement inéluctable de l’aviation, créent, un peu partout en France, des écoles de formation visant à multiplier le nombre de pilotes. Il s’agit d’ailleurs d’un mouvement assez général en Europe. Aujourd’hui, Pilote de montagne s’intéresse à l’École internationale d’aviation de Passy (74/Haute-Savoie), dont …

Aujourd’hui, Pilote de montagne (PDM), s’intéresse à une figure de l’aviation militaire allemande qui, après le premier conflit mondial, se reconvertit dans différents métiers à dominante aéronautique. La facette qui nous intéresse ici, ce sont ses apparitions dans plusieurs films d’aventure en montagne ou en milieu hivernal, immortalisant sa virtuosité à travers des figures de …

HISTOIRE / HISTORY

Le vendredi 26 août 1966, une étoile de l’Aviation de Montagne, avec un grand « A » et un grand « M », s’éteint, victime d’un stupide accrochage avec un planeur au décollage de l’aérodrome de Sion (Canton du Valais/Suisse). Aujourd’hui encore, Hermann Geiger est reconnu comme le véritable théoricien du décollage et de l’atterrissage en haute montagne enneigée, …

Les avions Pilatus ont marqué une étape important de l’évolution de l’aviation de montagne. Aujourd’hui, Pilote de montagne (PDM) s’intéresse au prototype de l’appareil développée à la fin des années 1950, le ‘Yéti, qui s’écrase dans le plus haut massif montagneux de la planète : l’Himalaya… BRÈVE HISTOIRE DU PILATUS PC-6 La marque Pilatus est bien …

Quelques années après les débuts de l’aviation, quelques entrepreneurs misant sur le développement inéluctable de l’aviation, créent, un peu partout en France, des écoles de formation visant à multiplier le nombre de pilotes. Il s’agit d’ailleurs d’un mouvement assez général en Europe. Aujourd’hui, Pilote de montagne s’intéresse à l’École internationale d’aviation de Passy (74/Haute-Savoie), dont …

Aujourd’hui, Pilote de montagne (PDM), s’intéresse à une figure de l’aviation militaire allemande qui, après le premier conflit mondial, se reconvertit dans différents métiers à dominante aéronautique. La facette qui nous intéresse ici, ce sont ses apparitions dans plusieurs films d’aventure en montagne ou en milieu hivernal, immortalisant sa virtuosité à travers des figures de …

MENU

Back

30 juillet 1921 : François Durafour se pose sur le dôme du Gouter (4 304 m)

Le vendredi 30 juillet, nous célèbrerons le Centenaire d’un exploit extraordinaire : l’atterrissage d’un avion, sans skis, sur la neige verglacée du dôme du Goûter, à 4 304 m d’altitude, sur les pentes du mont Blanc. Une bonne occasion de réconcilier la montagne et l’aviation…

En ce samedi 30 juillet 1921, dès 5 h, François Durafour est présent sur l’aérodrome de La Blécherette (Lausanne) que dirige son mécano, Édouard Péthoud. La matinée s’annonçant calme et ensoleillée, Durafour, aux commandes de son Caudron G.3 (l’avion avec lequel Adrienne Bolland a traversé les Andes presque quatre mois plus tôt), décolle à 6 h 10 et prend la direction de Thonon-les-Bains. Là, il oblique légèrement pour prend de l’altitude. En quinze minutes, l’avion est à 3 000 mètres d’altitude, puis, à 6 h 38, l’altimètre indique 5 300 m.

Henri Durafour s’approche du mont Blanc et, après avoir lutté contre les rabattants, se pose sans heurts sur le dôme du Goûter (4 304 m), « au milieu d’un champ de neige, sans plus de secousse que sur un aérodrome, et ceci sans patins ni crampons ! »

En avance sur son programme, François Durafour est rejoint par un groupe d’amis censés venir préparer le terrain. Après avoir repositionné l’avion pour permettre le décollage et après avoir pris les photographies immortalisant l’événement, l’aviateur, qui n’a droit qu’à un seul essai, s’élance vers la vallée à 7 h 55, où il est reçu en héros à 9 h 10.

L’exploit de François Durafour marque le véritable début de l’aviation en montagne mais il faudra encore attendre une trentaine d’années pour que les avions puissent évoluer sur les aires enneigées, sauvages et en pente, en toute sécurité.

Le rappel de cet exploit constitue également un appel à commémoration pour tous les amoureux de la montagne, de l’aviation en général et de l’aviation de montagne en particulier.

Bernard Amrhein

RUBRIQUES

Aller à la barre d’outils