14 avril 2019 – Un Let L-410 de Summit Air fauche deux hélicoptères au décollage de Lukla (Népal)


Transportant trois membres d’équipage mais aucun passager, le Let L-410UVP de Summit Air immatriculé 9N-1MH effectue une sortie de piste au décollage sur l’altiport de Lukla (Népal). Le LET L-410 Turbolet est un avion biturbopropulseur de transport de passagers (19 places) développé et construit, depuis 1969, par l’entreprise tchèque Let Kunovice…

L’UN DES AÉROPORTS LES PLUS DANGEREUX DU MONDE

Le transport aérien s’est fortement développé ces dernières années au Népal, où les liaisons routières sont limitées. Cependant, faute d’une formation poussée des pilotes et d’une maintenance sérieuse des appareils, le pays connaît régulièrement des tragédies aériennes, au point que l’Union européenne interdit son espace aérien à toutes les compagnies népalaises.

Porte d’entrée vers l’Everest, l’altiport de Lukla est l’une des plateformes les plus dangereuses de la planète. Elle est fréquentée chaque année par des milliers de randonneurs et d’alpinistes, mais ne dispose d’aucun système radar.

Les pilotes sont contraints de naviguer entre les pics enneigés dans une météo capricieuse pour atterrir sur une piste ascendante de seulement 527 m de long, située à 2 860 m d’altitude en haut d’une crête, le décollage s’effectuant pour sa part, sur une pente à 11,7 % se terminant, par un abîme. En octobre 2008, un accident avait tué les 18 passagers d’un avion et seul le pilote avait survécu.

CIRCONSTANCES DE L’ACCIDENT

Le dimanche 14 avril 2019 matin, l’appareil s’élance depuis l’aéroport Tenzing-Hillary de Lukla à destination l’aéroport de Ramechhap. Pour une raison inconnue, il effectue immédiatement un écart sur la droite en entamant la descente et fauche deux hélicoptères de l’aéroport népalais, l’un qui vient à peine d’atterrir, un second s’apprêtant au décollage.

Le copilote et un agent de sécurité travaillant sur l’héliport meurent sur le coup, tandis qu’un deuxième agent de sécurité décède à l’hôpital quelques heures plus tard. Trois autres personnes sont blessées. Quant aux trois blessés, ils sont conduits à l’hôpital de Katmandou et sont rapidement tirés d’affaire.

LE DEUXIÈME ACCIDENT DE SUMMIT AIR

Les deux hélicoptères AS-350 appartiennent à Manang Air et Shree Airlines, qui exploitent notamment des vols touristiques.

Le dernier accident mortel à Lukla remonte alors à mai 2017, lorsqu’un avion-cargo appartenant également à Summit Air s’écrase à l’atterrissage. Les deux pilotes du Let L-410 sont tués mais, dans la région, c’est la deuxième catastrophe en peu de temps.

En février de la même année, un hélicoptère s’écrasait lors d’un tour de piste, tous les passagers trouvant la mort dans le crash, y compris la ministre népalaise du tourisme ainsi que les fondateurs des compagnies aériennes Yeti Airlines et Tara Air.

ACCIDENTS PRÉCÉDENTS À LUKLA

  • Le 15 octobre 1973, au décollage, le DHC-6 Twin Otter 300 de Royal Nepal Airlines, immatriculé 9N-ABG, est endommagé au point de ne pas être réparable. Les trois membres d’équipage et les trois passagers sont indemnes.
  • Le 9 juin 1991, le DHC-6 Twin Otter 300 de Royal Nepal Airlines, immatriculé 9N-ABA, en provenance de Katmandou s’écrase à l’atterrissage après une approche non stabilisée opérée par mauvais temps. Les trois membres d’équipage et les quatorze passagers s’en sortent indemnes.
  • Le 8 octobre 2008, le DHC-6 Twin Otter immatriculé 9N-AFE (vol 103 Yeti Airlines) s’écrase lors de l’approche finale et a prend feu, tuant dix-huit passagers et membres d’équipage. Le pilote est le seul survivant.
  • Le 24 août 2010, un Dornier Do 228 (vol 101 d’Agni Air) s’écrase à Shikharpur lors du vol retour vers Katmandou. Pris dans le mauvais temps, l’avion ne peut revenir à Lukla. Les onze passagers et trois membres d’équipage sont tués.
  • Le 26 septembre 2013, un hélicoptère d’Air Dynasty, immatriculé 9N-AEX, s’écrase lorsque le rotor arrière touche le fil barbelé du mur d’enceinte de l’aéroport. Le pilote et trois passagers survivent au crash, un passager décède quelques jours après.
  • Le 27 mai 2017, un Let 410 de la compagnie népalaise Summit Air (ex-Goma Air) heurte un arbre à l’atterrissage. L’appareil transporte du fret de Katmandou à Lukla sans passagers. Parmi les trois membres d’équipage, le pilote et le copilote périssent dans l’accident.
  • Le dimanche 14 avril 2019, un Let L-410UVP de la compagnie népalaise Summit Air effectue une sortie de piste sur sa droite et fauche un hélicoptère venant d’atterrir, puis percute légèrement un hélicoptère en cours de préparation. Le copilote et un policier à terre meurent sur le coup tandis qu’un deuxième policier décède quelques heures après son admission à l’hôpital de Katmandou.

ÉPILOGUE

Ouverte au début des années 1970 grâce à Air France et aux conseils techniques de la compagnie Air Alpes, la piste de Lukla a le profil d’un véritable altiport, et les pilotes de montagne népalais sont formés en Savoie.

Il faut attendre une quarantaine d’années pour que la piste en pierre soit enfin recouverte d’un revêtement en dur. Cependant, revers de la médaille, cet apparent progrès permet d’y faire atterrir des avions de plus grande capacité, et en nombre croissant, ce qui pose de nouveaux problèmes, en particulier une saturation de la plateforme et une rotation incessante d’avions et d’hélicoptères à certaines périodes de l’année.

Il semble donc assez logique que le trafic aérien soit strictement limité sur cette plateforme et qu’elle devienne un véritable altiport moderne.

Éléments recueillis par Bernard Amrhein


SOURCES

https://www.20minutes.fr/monde/2497299-20190415-nepal-petit-avion-percute-deux-helicopteres-decollant-pres-everest-trois-morts

VIDÉO

  • Sunday 14 April 2019 Let L-410UVP-E20 9N-AMH Plane crash Lukla-Tenzing-Hillary Airport (LUA) Nepal.
Previous 13 avril 1918 - Luis Cenobio Candelaria, premier aviateur à traverser les Andes
Next ÉDITORIAL 7 : Décadence...

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code