25 avril 1961 – Le Captain Wesley J. Brooks (US Air Force), trouve la mort dans l’accident de son F-101 Voodoo sous la Grande Casse


Le jeudi 25 avril 1963, vers 11 H 10, un McDonnell F-101C Voodoo (Vaudou) de l’United States Air Force in Europe (USAFE) piloté par le Captain Wesley J. Brooks percute la crête de Grépoux, quelques mètres sous le sommet de la Grande Casse.

LE DRAME

Âgé de 28 ans, marié et père de quatre enfants, le pilote accomplit alors une mission photographique d’entraînement au départ de la base aérienne américaine de Laon-Couvron (02/Aisne). Volant à basse altitude, il s’égare probablement dans le cirque de Tréminis (38/Isère), trompé par le mauvais temps et le manque de visibilité.

Alertés par le vacarme du crash, plusieurs habitants du village, accompagnés de gendarmes, entament les recherches. Cependant, la mauvaise météo complique leur mission et le corps du pilote n’est retrouvé que le samedi 27 avril.

 

CINQUANTIÈME ANNIVERSAIRE

Du mercredi 17 au samedi 20 avril 2013, la veuve du capitaine Brooks, Nancy Brooks, et ses quatre fils, séjournent à Tréminis à l’occasion du 50e anniversaire de la disparition du pilote. Découverte par un habitant du village quelques années plus tôt, la famille se rend sur les lieux du drame pour la toute première fois.

C’est là que, grâce aux recherches menées par un habitant de Tréminis, Nancy et ses enfants apprennent les circonstances exactes de l’accident. Jusque-là, ils savaient seulement que le crash s’était produit dans les Alpes, ce qui est très vague… Le vendredi 19 avril, la famille est reçue par les villageois pour un repas partagé. Un diaporama illustrant les événements du jeudi 25 avril 1963 est dévoilé avant que la famille du pilote annonce qu’une stèle sera bientôt installée.

Deux semaines plus tard, Nancy Brooks s’exprime sur ce séjour dans le Trièves .

« Notre expérience au pied de la montagne, en ce 18 avril 2013, nous a offert, à mes fils et à moi-même, des moments de recueillement en silence.

Nous avons enfin vu où nos vies ont basculé pour toujours et ils ont pu trouver des fragments de reliques à ramener à la maison.

Le lendemain, on nous a présenté la belle plaque d’acier honorant mon mari et leur père.

Au pied de cette montagne, chacun pourra lire, en français et en anglais, ce qui s’est passé là et en quelles circonstances.

En été, la montagne scintille de mille diamants grâce aux débris encore présents.

Nos trois jours à Tréminis resteront gravés dans nos cœurs pour toujours.

Nous remercions tout le monde pour ce cadeau exceptionnel.

Nancy Brooks

Le lundi, 6 mai 2013. »

Plus tard, une vidéo alliant photos d’époque et images de synthèse retrace le déroulement de la tragédie :

http://redline69-serge.blogspot.com/

LE F-101, UN AVION DANGEREUX ?

Cette histoire pointe aussi le fait que le F-101 était un appareil bourré de défauts de conception. Ainsi, dans un post déposé sur le site du magazine de défense  Jane le 28 juin 2011 à 21 h 40, un correspondant se faisant appeler « l’ancien Marine », témoigne :

« Je me souviens avoir entendu dire que le F-101 avait tendance à cabrer avec peu ou pas de provocation en raison de ses lourdes charges alaires, de sa conception et de la configuration de son empennage en forme de T.

Vers le milieu de l’année 1956, les essais continus des 29 F-101 A qui avaient été qualifiés par l’USAF jusque-là avaient révélé un certain nombre de problèmes de structure, de propulsion, d’aérodynamisme et d’armement. Le plus grave était peut-être la tendance de l’avion à cabrer, un problème qui n’a jamais été entièrement corrigé, même après beaucoup d’efforts. Le Brigadier-général Robin Olds, qui commandait une escadre vaudou, a rapporté qu’il ne fallait pas grand-chose pour mettre brusquement et sans avertissement à cabrer un F-101A, même en croisière.

L’angle d’attaque nécessaire pour atteindre la portance avec les pleins volets et les réservoirs largables était très proche du point de décrochage en cabré, où l’écoulement d’air au-dessus des ailes créait un écoulement descendant au-dessus de la dalle de queue. Le [mardi] 10 janvier 1956, le Major Lonnie R. Moore, un as de la guerre de Corée ayant 10 victoires à son actif, a été tué dans un incident de cabré de F-101A à Eglin AFB [Air Force Base], en Floride. »

Pour s’informer sur l’appareil en question, voir la vidéo ci-dessous :

http://redline69-serge.blogspot.com/

ÉPILOGUE

L’histoire tragique du Captain Wesley J. Brooks est certes poignante, mais elle illustre bien les procédés employés par les administrations, en particulier militaires, pour masquer la réalité des choses.

Très longtemps, cet accident a été imputé au mauvais temps et une faute du pilote, perdu dans les montagnes alors qu’il évoluait en Visual Fligt Rules (VFR), très près du sol.

Aujourd’hui, on peut imaginer que les médiocres qualités de vol de l’appareil incriminé auraient pu lui interdire de grimper les quelques mètres permettant de franchir la ligne de crête de Grépoux.

Éléments recueillis par Bernard Amrhein


SOURCE

 

Previous 14 avril 2019 - Un Let L-410 de Summit Air fauche deux hélicoptères au décollage de Lukla (Népal)
Next 29 avril 1927 - L'As allemand de la Première Guerre mondiale Ernst UDET réussit à décoller depuis le glacier du "Schneeferner" avec un planeur DFS-Kranish

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code