LE SITE INTERNET DÉDIÉ AUX ENSEIGNEMENTS DE ROBERT MERLOZ

19 janvier 1952 – Un B-17G s’écrase sur les pentes enneigées du mont Tyler, dans l’État de Washington

Le samedi 19 janvier 1952, les cinq membres d’équipage d’un Boeing B-17 ‘Mercy’ (secours) survivent au crash de leur appareil sur un sommet de l’Olympic National Forest (Forêt nationale olympique) puis à une glissade de près de 400 mètres sur une pente enneigée. Encore un exemple atypique de sauvetage par les airs dans des conditions extrêmes…

LES FAITS

Un quadrimoteur B-17G de Search and Rescue (recherche et sauvetage) revient d’une autre scène de crash aérien en Colombie britannique (Canada) lorsqu’il heurte, dans une neige aveuglante, le sommet du sommet du TylerPeak, à 1 938 mètres d’altitude. Il rebondit et passe de de l’autre côté de la ligne de crête, puis glisse sur la pente enneigée jusqu’au niveau 1 524 mètres.

Très rapidement, une équipe de secours est mise sur pied puis parachutée à proximité de l’épave. Pour mémoire, le sauvetage parachuté est un très ancien concept américain. Mis en œuvre dès la première guerre mondiale, le Pararescue s’est particulièrement développé pendant la guerre du Vietnam avant d’être transposé aux secours civils (voir le film Those who wish me dead’ [‘Ceux qui veulent ma mort’], avec Angelina Jolie au générique.

En janvier 1952, les sauveteurs-parachutistes retrouvent deux corps dans l’épave, peut-être un troisième, mais la liaisons radio avec l’U.S. Coast Guard est si mauvaise que l’on demeure longtemps dans l’attente d’un décompte macabre définitif.

Finalement, seuls deux des cinq survivants requièrent une hospitalisation car ils ne souffrent que de coupures et de contusions. Il s’agit du Captain (capitaine) Casimir F. Hybk, 31 ans, originaire de Tacoma (État de Washington) et du chef d’équipage, le Seargeant (sergent) Carl E. Scargal, 22 ans, originaire de État de Washington lui aussi.

DÉROULEMENT DE L’ACCIDENT

Après le sauvetage, le Captain Hybk déclare que l’accident s’est produit seulement cinq minutes après que l’équipage ait confirmé sa dernière position.

« L’air était turbulent, déclare le pilote, nous soulevant parfois de 700 à 800 pieds [200 à 250 mètres] d’un coup. Une tempête de neige aveuglante empêchait de voir la montagne ».

Puis il y a eu comme un flash aveuglant – on devait avoir percuté d’abord la cime des arbres – quand l’avion s’est écrasé.

Le Captain Hybk et Scargel ont été éjectés ensemble lorsque l’avion était en train de plonger brutalement. Malheureusement, trois hommes n’ont pas eu la même chance et ont dévalé la pente, prisonniers de l’épave. »

Les trois victimes sont le Captain Kenneth Sentner, de Tacoma, le Seargeant Edgar Farmer, opérateur-radar, de Waynesboro (Georgia) et le Seargent Charles Hartke, radio-opérateur originaire de Chicago

ÉPILOGUE

L’intérêt de cette histoire réside dans le mode de sauvetage mis en œuvre, c’est-à-dire le parachutage des sauveteurs afin d’arriver sur la zone de crash le plus rapidement possible, afin de tenter de sauver le maximum de blessés. Il s’agit d’un mode d’action atypique, dont on avait très peu entendu parler en Europe avant la sortie du film cité plus haut (sur CANAL+ depuis le 21 décembre 2021).

Une autre question d’intérêt est le destin de ce genre d’épaves à caractère historique. En effet, celles-ci sont, le plus souvent, les victimes de pilleurs à la recherche de souvenirs ou de pièces pouvant être revendues à des collectionneurs.

Un de nos prochains articles reviendra sur la conservation des carcasses militaires éparpillées en milieux montagneux aux États-Unis d’Amérique…

Éléments recueillis par Bernard Amrhein

SOURCES

PHOTOS

PdM
PdM
Pilote de montagne (PDM) est une association à but non lucratif accueillant tous les amoureux de l’aviation en général, et du vol en montagne en particulier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nous suivre sur X

Articles connexes