LE SITE INTERNET DÉDIÉ AUX ENSEIGNEMENTS DE ROBERT MERLOZ

29 décembre 2022 – Interview de Silvia de Bon, la miraculée de la Cima di Cece (Italie)

Le mercredi 28 décembre 2022, le Piper PA-28-181 Archer II immatriculé I-PIDR rencontre une panne moteur au-dessus du massif italien du Lagorai. Pour la jeune pilote Silvia de Bon, moteur calé, une seule solution : planer et trouver au plus vite une zone de posé permettant d’atterrir sans trop de casse. Pas facile en montagne. C’est pourtant l’exploit que réussit la jeune femme, interviewée le lendemain sur son lit d’hôpital par DAYITALIANEWS…

RAPPEL DES FAITS

Le mercredi 28 décembre 2022, vers 16.20, le Piper PA-28-181 Archer II immatriculé I-PIDR de l’aéroclub de Belluno (Italie), en transit entre l’aéroport de Matarello (LIDT) et l’aéroport de Belluno (BLX/LIDB) avec trois personnes à bord (un jeune homme et deux jeunes femmes), effectue un atterrissage d’urgence au nord du Rifugio « Paolo e Nicola », entre la Cima di Cece (2 100 m) et la Cima di Valmaggiore, dans la chaîne du Lagorai, (Dolomites du Trentin/Italie du Nord).

Pendant le vol, l’appareil rencontre un problème technique grave et l’aviatrice aux commandes n’a d’autre choix que d’opérer un atterrissage de fortune en montagne. Elle n’hésite pas à s’engager dans l’étroit couloir de neige menant au refuge afin de profiter de la pente ascendante pour ralentir sa course.

L’avion se pose sans dommage apparent autre que le pliage de l’hélice et l’endommagement de la roulette de nez. Oh miracle, il ne glisse pas vers l’arrière, ce qui aurait certainement entraîné une course fatale.

L’ARTICLE DE DAYITALIANEWS

« Il y a moins de 24 heures, elle est parvenue à poser son petit avion de tourisme avec son frère Mattia et la fiancée de ce dernier, Giorgia Qualizza. Moteur calé, en pur vol plané, elle a atterri au sommet du Lagorai.

Âgée de 22 ans, la jeune fille de Longarone est à l’hôpital de Trente.

Depuis le lit de sa chambre, en salle de chirurgie-hospitalisation de courte durée, la pilote retrace et retrace le déroulement de l’accident survenu le mercredi 28 décembre [2022], à une altitude de 2 100 mètres, au cœur des Dolomites du Trentin. Silvia a accompagné la glissade du Piper, l’arrêtant cent mètres sous le bivouac « Paolo e Nicola », dans le Val di Fiemme.

La manœuvre d’urgence a sauvé trois jeunes vies (Mattia a 27 ans, Giorgia un an de plus). Silvia a une ‘Minerve’ autour du cou, des bandages sur le côté gauche du visage et des douleurs dans le dos. Dans la vie, elle est hôtesse d’accueil de l’hôtel ‘Alaska’, à Cortina d’Ampezzo. Dans les montagnes, la zone où se trouve l’avion de tourisme, un Piper PA-28, a été sécurisée. En effet, jeudi matin [29 décembre 2022], le groupe d’hélicoptères de la Province de Trente a transporté au pied de la Cima di Cece le groupe SAF [Nucleo Spelo-Alpino-Fluviale] du Corps permanent des pompiers du chef-lieu : l’appareil a été arrimé à un rocher afin qu’il ne glisse pas vers la vallée et le réservoir a été vidé. Sur place, le Secours alpin de la brigade des finances pour les enquêtes de compétence : il y a sur l’affaire une double enquête, de l’Association nationale de sécurité aérienne (ANSV) et du Parquet de Trente.


Vidéo : https://www.rainews.it/tgr/trento/video/2022/12/le-immagini-dellaereo-planato-sulla-neve-dopo-latterraggio-di-emegenza-3d8081ce-c3b0-4aff-bd2d-b4e9bfff5dfc.html


« On devait survoler la Cima di Cece pour la passer à la verticale mais, à cause du froid et de la raréfaction de l’air, le moteur a perdu de la puissance et l’appareil de la vitesse. Je suis arrivée juste en dessous du sommet et j’ai essayé de reprendre de l’altitude mais, dès la perte de puissance, l’appareil a commencé à décrocher. J’ai juste pensé à l’intérieur de moi « C… O, maintenant je m’écrase ». Puis j’ai juste essayé d’accommoder l’avion à la pente. J’ai eu de la chance, du moment de l’impact à l’instant suivant, je n’ai pas de souvenir précis, mais un vide. Je me souviens de ce qui s’est passé depuis mon réveil.

J’avais le visage plein de sang après m’être cogné la tête contre le pare-brise. Avec mon frère Mattia et sa petite amie Giorgia, nous nous sommes extraits de l’appareil : il a appelé le numéro d’urgence 112, en donnant l’emplacement exact du crash. Pour ma part, j’ai appelé l’Aéroclub de Belluno (propriétaire du Piper PA-28). J’étais bien consciente du drame qui venait de se jouer. Aussi parce qu’il était tard, 16 h 25, et que je devais rentrer », dit-elle.

« La manœuvre que j’ai effectuée en fin d’arrondi était fautive car plus vous tirez sur le manche, plus la vitesse diminue et l’avion décroche. Sachant que j’allais contre la montagne, j’ai tout fait pour mettre l’avion parallèle à la pente, pour atterrir sur le ventre. Si je m’étais écrasée, j’aurais démoli mon visage et les conséquences auraient été bien pires. A contrario, si j’avais essayé de faire demi-tour, j’aurais touché la crête et détruit tout le flanc du Piper. À ce moment-là, la meilleure chose à faire était probablement de réagir comme je l’ai fait », explique-t-elle.

Avec Mattia et Giorgia, nous voulions faire une excursion de loisirs après Noël. Nous sommes partis de Belluno et nous voulions nous rendre à Bolzano. Cependant, avant de nous diriger vers le Tyrol du Sud, nous avons fait escale à Trente. Donc, après Bolzano, nous aurions voulu revenir en passant par Cortina d’Ampezzo, mais comme il était déjà trop tard, nous avons décidé de couper par Predazzo, afin d’arriver à Feltre et de revenir enfin à Belluno. Donc, il y a eu l’incident. Je revenais tout juste des États-Unis. Précisément fin novembre, où j’ai obtenu le brevet américain. Pour arriver à la licence commerciale, il faut accumuler des heures d’expérience, que je qualifierais « de remplissage ».

Je suis allée là-bas, j’ai volé autant que de besoin et je suis rentrée en Italie. Mon père voudrait que j’arrête de voler, maintenant ? Désolé, mais je n’écoute pas mon père. Je lui dis toujours : « Si tous les gens qui ont un accident de voiture arrêtaient de conduire, personne ne conduirait plus. Il est vrai que quand vous êtes dans l’air les choses ne sont pas les mêmes, mais le concept est similaire. Si je fais un accident, je ne m’effraie pas, je suis déterminée, je veux devenir pilote de ligne, comme ceux de Ryanair. Cela pouvait arriver à n’importe qui et même en d’autres occasions : si j’avais été dans la rue, en rentrant chez moi, ou si je me dirigeais vers l’aéroport », conclut-elle. »

ÉPILOGUE

L’histoire ne dit pas si Silvia de Bon a des notions de pilotage en montagne, ni même si elle s’intéresse un tant soit peu à la question… obnubilée qu’elle est par le désir de devenir pilote de ligne.

Cependant, face au danger, elle a accumulé, en mode accéléré, des expériences hors du commun (vol moteur calé, vol plané sur une relative longue distance, choix de l’aire de posé en terrain accidenté, approche d’une pente raide, arrondi en montagne et atterrissage sur le ventre…). Une expérience incomparable et inoubliable pour une toute jeune pilote totalisant, selon les informations disponibles, seulement 80 heures de vol; et qui n’a pas seulement sauvé sa propre vie, mais aussi celle de son frère et de la petite amie de ce dernier.

Tout au long de l’année, notre site Internet Pilote de montagne (PDM) et notre compte Twitter @PiloteMontagne égrènent la longue litanie des accidents en montagne fatals aux pilotes des appareils incriminés et à leurs passagers, plus rarement à des tiers car les massifs sont peu peuplés. Une raison de plus pour citer en exemple une pilote de montagne « malgré elle » qui a démontré que l’art du pilotage est tout d’abord affaire de sang froid et de sens pratique, qu’une bonne connaissance de son appareil permet d’exercer sans être entraîné dans un décrochage aux funestes conséquences.

En espérant que cette mésaventure exceptionnelle ne tombe pas trop vite dans l’oubli, toute la rédaction de Pilote de montagne (PDM) souhaite à Silvia et à ses proches rescapés une Bonne et Heureuse Année 2023.

Article traduit de l’italien et complété par Bernard AMRHEIN


SOURCE

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=-fe00YJAmlI[/embedyt]

 

PdM
PdM
Pilote de montagne (PDM) est une association à but non lucratif accueillant tous les amoureux de l’aviation en général, et du vol en montagne en particulier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Nous suivre sur X

Articles connexes