NOTES RÉCENTES / LAST POSTS

Après avoir beaucoup mis en exergue la personnalité d’Hermann Geiger, « le Pilote des Glaciers », « l’Aigle de Sion », Pilote de montagne s’attache à la figure de Fernand Martignoni, à la fois son apôtre, son fidèle second et le continuateur de son œuvre. En effet, celui-ci a consacré toute sa vie de pilote des glaciers et de …

Dès les débuts de l’aviation, les pionniers rêvent de traverser la mythique cordillère des Andes. Brisé dans son élan à Domodossola (Italie) en 1910, le pilote péruvien Jorge Chávez Dartnell y pensait-il, lui aussi ? Paradoxalement, la chaîne de montagnes sera franchie par les airs non pas en avion, mais en ballon et par des régionaux …

Pendant la Bataille de France, en 1940, les Alpes constituent un théâtre d’opérations secondaire. Peu de personnes savent que si les Italiens ont été contenus, grosso modo, sur les crêtes-frontières, ils ont préparé leur attaque terrestre par des bombardements aériens sur la Tarentaise, occasionnant ainsi d’importants dégâts dans les principales agglomérations de la vallée. Retour …

Un avion suisse se posant sur le dôme du Goûter, on avait déjà vu ça le samedi 30 juillet 1921, avec François Durafour et, avec moins de succès il est vrai, le vendredi 5 octobre 1951, lors de la tentative malheureuse du journaliste Georges André Zehr. Cependant, le posé du mardi 18 juin 2019 n’a …

Le 13 juin 1930, le pilote le plus discret de l’Aéropostale, au palmarès pourtant édifiant (voir notre article daté de ce jour), effectue sa 92e traversée des Andes pour acheminer le courrier de Santiago du Chili à Mendoza, en Argentine. Pris dans la tempête, Henri Guillaumet doit effectuer un atterrissage d’urgence dans la région du …

Ce vendredi 13 juin 1930, Henri Guillaumet, un discret pilote de l’Aéropostale, entreprend sa 92e traversée des Andes. Parti de Santiago du Chili, il doit rallier l’Argentine pour acheminer son précieux courrier à bord de son Potez 25 immatriculé F-AJDZ. La routine, ou presque… En cette journée, il est loin de penser que le destin …

HISTOIRE / HISTORY

Après avoir beaucoup mis en exergue la personnalité d’Hermann Geiger, « le Pilote des Glaciers », « l’Aigle de Sion », Pilote de montagne s’attache à la figure de Fernand Martignoni, à la fois son apôtre, son fidèle second et le continuateur de son œuvre. En effet, celui-ci a consacré toute sa vie de pilote des glaciers et de …

Dès les débuts de l’aviation, les pionniers rêvent de traverser la mythique cordillère des Andes. Brisé dans son élan à Domodossola (Italie) en 1910, le pilote péruvien Jorge Chávez Dartnell y pensait-il, lui aussi ? Paradoxalement, la chaîne de montagnes sera franchie par les airs non pas en avion, mais en ballon et par des régionaux …

Pendant la Bataille de France, en 1940, les Alpes constituent un théâtre d’opérations secondaire. Peu de personnes savent que si les Italiens ont été contenus, grosso modo, sur les crêtes-frontières, ils ont préparé leur attaque terrestre par des bombardements aériens sur la Tarentaise, occasionnant ainsi d’importants dégâts dans les principales agglomérations de la vallée. Retour …

Ce vendredi 13 juin 1930, Henri Guillaumet, un discret pilote de l’Aéropostale, entreprend sa 92e traversée des Andes. Parti de Santiago du Chili, il doit rallier l’Argentine pour acheminer son précieux courrier à bord de son Potez 25 immatriculé F-AJDZ. La routine, ou presque… En cette journée, il est loin de penser que le destin …

MENU

Back

30 juillet 1921 : François Durafour se pose sur le dôme du Gouter (4 304 m)

Le vendredi 30 juillet, nous célèbrerons le Centenaire d’un exploit extraordinaire : l’atterrissage d’un avion, sans skis, sur la neige verglacée du dôme du Goûter, à 4 304 m d’altitude, sur les pentes du mont Blanc. Une bonne occasion de réconcilier la montagne et l’aviation…

En ce samedi 30 juillet 1921, dès 5 h, François Durafour est présent sur l’aérodrome de La Blécherette (Lausanne) que dirige son mécano, Édouard Péthoud. La matinée s’annonçant calme et ensoleillée, Durafour, aux commandes de son Caudron G.3 (l’avion avec lequel Adrienne Bolland a traversé les Andes presque quatre mois plus tôt), décolle à 6 h 10 et prend la direction de Thonon-les-Bains. Là, il oblique légèrement pour prend de l’altitude. En quinze minutes, l’avion est à 3 000 mètres d’altitude, puis, à 6 h 38, l’altimètre indique 5 300 m.

Henri Durafour s’approche du mont Blanc et, après avoir lutté contre les rabattants, se pose sans heurts sur le dôme du Goûter (4 304 m), « au milieu d’un champ de neige, sans plus de secousse que sur un aérodrome, et ceci sans patins ni crampons ! »

En avance sur son programme, François Durafour est rejoint par un groupe d’amis censés venir préparer le terrain. Après avoir repositionné l’avion pour permettre le décollage et après avoir pris les photographies immortalisant l’événement, l’aviateur, qui n’a droit qu’à un seul essai, s’élance vers la vallée à 7 h 55, où il est reçu en héros à 9 h 10.

L’exploit de François Durafour marque le véritable début de l’aviation en montagne mais il faudra encore attendre une trentaine d’années pour que les avions puissent évoluer sur les aires enneigées, sauvages et en pente, en toute sécurité.

Le rappel de cet exploit constitue également un appel à commémoration pour tous les amoureux de la montagne, de l’aviation en général et de l’aviation de montagne en particulier.

Bernard Amrhein

RUBRIQUES

Aller à la barre d’outils